•  

    Devenir de l'école du Revol

    Le conseil Municipal a voté à l'unanimité la fermeture de l'ecole du Revol au mois de mai; car la fusion des écoles du Bourg et du Revol se concrétise par l'intégration de la classe de maternelle du Revol à l'école du Bourg, et la fermeture de l'établissement du Revol.

    L'UPEC déplore ce choix, unanime, car il s'agit de notre point de vue de fermer une école publique, qui offrait des conditions d'enseignement très favorables, répondait à une demande de parents, et était ouverte à TOUS, sans condition à l'inscription.

    Certains ont poussé la fermeture de cette école, à cause du manque de services périscolaires.

    L'UPEC a essayé de la valoriser, mettant en avant les conditions d'enseignement, et en allant démontrer que le défaut d'un service périscolaire municipal n'empêchait en rien les familles d'inscrire leurs enfants à cette école. 

    La plaquette que nous avons édité dans ce sens a suscité des réactions violentes de la part d'enseignants, orales et écrites: les informations données sur cette plaquette n'avaient en aucun cas la volonté de cibler de l'absentéisme, mais plutôt de mettre en avant le niveau de disponibilité du service qui était assuré par l'inspection académique.

     

     

    Devenir de l'école du Revol

    Devenir de l'école du Revol

     

    Il s'agit de la seconde fermeture d'école à Saint Laurent du Pont en moins de 5 ans.  Ces deux fermetures vont dans le sens de l'histoire, qui tend à regrouper et mutualiser les moyens, et niveler la qualité des services publiques. Certes, ces 2 fermetures mènent à une égalité des moyens, le nivellement est assuré. Mais alors qu'avant les familles avaient le choix et la possibilité de privilégier les établissements publiques qui offraient des conditions optimales d'enseignement, pour leurs enfants, aujourd'hui ce choix a été enlevé. Et malgré tous les efforts et la volonté, constants et réels des enseignants sur l'ensemble des établissements de la ville, et de la mairie, reconnus et estimés par l'UPEC, aucun établissement n'apportait, par sa configuration physique et son contexte local, de telles conditions pour un enseignement en maternelle.

    Le nivellement est bien assuré, et il s'agit d'un nivellement par le bas, voté par l'unanimité et plébiscité par une certaine majorité. 

    Vous trouverez ici un article datant de 1986 concernant l'ouverture de l'école du Revol, qualifiée d'"école exemplaire à plus d'un titre":

     

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique